Le salariat est-il condamné ?

Cercle eco la croixLes 17è rencontres économiques d’Aix-en-Provence, consacrées « à la recherche de nouvelles formes de prospérité », ont débattu de l’avenir du salariat. Décryptage.

À l’heure des nouvelles technologies et d’une économie en transformation profonde, le salariat semble de plus en plus « ringardisé », au profit du travail indépendant et des créateurs de start-up. Ces nouvelles formes d’emploi sont davantage valorisées, vues comme des voies plus intéressantes aujourd’hui pour qui veut être prospère, gagner sa vie en s’épanouissant au plan personnel. Illusion ou réalité ? Obsolète, le salariat ? Les 17è rencontres économiques d’Aix-en-Provence, consacrées « à la recherche de nouvelles formes de prospérité », ont débattu de cette question. Le journal La Croix décrypte les grands éléments du débat.

Statistiquement, « le salariat reste ultra-dominant en France, qui pèse 90 % des emplois du pays », décrit Stéphane Carcillo, spécialiste de l’emploi à l’OCDE. N’empêche, ce statut n’a rien d’une généralité dans le temps et dans l’espace. « Dans le monde, le salariat reste minoritaire, insiste Denis Pennel, directeur général de World Employment Confederation, la Confédération mondiale des agences d’emploi, et on l’observe surtout dans les pays développés ». D’après cet expert, seule 40 % de la population active mondiale est salariée, c’est le même pourcentage au Brésil, quand les salariés sont seulement 7 % en Inde. Il rappelle que le salariat, considéré aujourd’hui en France comme le statut idéal pour un travailleur, « a d’abord été décrié quand il est apparu, durant la révolution industrielle. Marx le décrivait comme un outil d’exploitations des travailleurs, qui se voyaient dépossédés de leur instrument de travail. »
C’est après la deuxième guerre mondiale que le salariat a commencé à véritablement se généraliser. Motif : le début de l’ère de la production de masse dans les grandes usines pour répondre à la société de consommation impliquait de « fixer » la main-d’œuvre dans des lieux définis.

L’intégralité de l’article de La Croix peut être lue ici.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s