Rapport Mettling : quid de l’ « uberisation » du travail ?

2b3abaa9-f2f6-40b0-9843-11d7b649f436Rapport Mettling : quid de l’ « uberisation » du travail ?

Sollicité par l’ancien Ministre du Travail, François Rebsamen, Bruno Mettling, DRH d’Orange, a rendu aujourd’hui ses propositions pour réformer le Droit du travail.

Intitulé Transformation numérique et vie au travail, ce rapport entend apporter un éclairage sur les bouleversements des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) sur le monde du travail. A l’heure où la nature même du travail subit une révolution – fin de l’unité de lieu, de temps, et d’action qui caractérisait le salariat « standardisé » – cette initiative est la bienvenue. Son contenu, toutefois, manque d’ambition au regard des enjeux actuels, tels que nous les avons définis dans notre rapport récent, Pour un Statut de l’Actif.

.Des propositions déconnectées de la réalité des mutations en cours

Si la proposition n°19 d’un droit à la déconnexion annonçait des recommandations prospectives, en phase avec les enjeux numériques et technologiques actuels, l’ensemble des propositions ne répond pas à l’objectif d’une réforme en profondeur du droit du travail, adaptée à la société de demain. Tout comme les rapports récents, publiés depuis la rentrée, les propositions de Bruno Mettling ne s’attaquent pas aux mutations profondes rencontrées sur le marché du travail :

– L’essor du travail indépendant : de 2006 à 2011, les effectifs des travailleurs non-salariés en France ont progressé de 26 % (hors agriculture), une tendance structurelle qui s’inscrit dans un contexte international. Aux Etats-Unis, la proportion de travailleurs hors salariat s’élève à 25% de la population active, et pourrait atteindre 40% d’ici 2020 !

– La désaffection croissante pour le salariat : la population salariée a diminué de 2,3% entre 2011 et 2013 et plus d’un tiers des CDI sont rompus avant un an aujourd’hui ;

– Le développement de la multi-activité : de plus en plus nombreux sont les travailleurs exerçant plusieurs activités professionnelles, alliant parfois activité salariale et non salariale. L’exemple du « portage salarial », permettant à des indépendants de bénéficier des atouts du salarié, représentant précisément cette hybridation entre les différentes formes de travail.

Lire la suite de l’analyse ici

Advertisements
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s