Et si l’économie du partage annonçait la fin du salariat ?

emploiLa logique de l’économie du partage, c’est celle de la fin du salariat, admettent même ses plus ardents défenseurs. Avec, pour conséquence, une impossibilité croissante de financer la protection sociale, et donc le risque de faire disparaître le modèle français de sécurité sociale.

L’économie collaborative ou économie du partage est à la mode. Il est d’ailleurs nettement plus « hype » de parler de « sharing economy ». Le Président Barack Obama lui-même n’a-t-il pas vanté ses mérites, déclarant que le bricolage est le « made in America » de demain ? Des transports – on pense bien sûr à Uber ou BlaBlaCar – à la high-tech – il est question aux États-Unis de plateformes d’échange entre particuliers-inventeurs -, en passant par l’hébergement (Airbnb), les travaux à domicile, il n’est rien de plus moderne que cette économie. À l’heure du pouvoir d’achat en berne, n’y a-t-il pas là une solution évidente à nos maux actuels ? Rentrer chez soi en voiture – avec chauffeur, s’il vous plaît ! pour 8 euros, être hébergé pour 30 euros, n’est-ce pas l’avenir?

L’avenir ? Cette économie a existé par le passé, soulignent certains thuriféraires de la « sharing economy », relativisant sa nouveauté pour mieux montrer à quel point elle est naturelle. « Ni le principe du partage de ressources, ni celui de gens ordinaires devenant leurs propres patrons ne sont réellement nouveaux ; en effet, il n’y a qu’à l’époque de l’industrialisation et de la modernité occidentale que ces pratiques étaient inhabituelles », soulignait récemment le patron d’Apartager.com, Karim Goudiaby.

Alors que l’économie collaborative est donc une pratique séculaire que la technique du numérique modernise et actualise, la rendant encore plus efficace, pourquoi voit-on des hésitations à se tourner vers ce modèle ? Pourquoi attaquer Airbnb ou Uber, comme le font de nombreuses autorités publiques, de l’administration française au procureur général de New York, alors que la « share economy » se trouve à la pointe de la lutte contre les monopoles, et redonne du pouvoir, enfin, à la population ?

« Nos contemporains sont parfaitement capables de prendre leurs propres décisions économiques, et les gouvernements doivent leur accorder confiance sur ce sujet. Ils doivent cesser de maintenir sous contrôle les plus petites initiatives de leurs administrés », souligne encore Karim Goudiaby.

Après tout, pourquoi ne pas laisser « les gens » gérer leurs propres affaires ? Assez de règles contraignantes, d’impôts en tous genres ! Cette modernité de l’échange informel, illustrée également par les Systèmes d’échanges locaux (les SEL) qui se multiplient à travers la France – on compte une cinquantaine de ces structures d’échanges qui ont leurs propres monnaies locales, rien qu’en Île-de-France – les économistes libéraux la défendent de longue date.

Ainsi l’ex-ministre Alain Madelin vantait cette liberté des SEL : vous voyez bien que, sans contrainte légale, l’échange, et donc le travail, peuvent se développer indéfiniment, soulignait-il. Comme nous serions plus riches sans ces lois et règlements étouffant l’esprit d’initiative et la création de richesses !

« Une anomalie dans l’histoire économique »

Que signifierait en fait une telle absence de contraintes ? Quelles seraient les implications du point de vue de l’organisation de la société ? Le patron d’Apartager.com les esquisse : « Avant la révolution industrielle, et encore aujourd’hui dans les pays en voie de développement, chaque individu était son propre employeur (…), il avait un métier, un savoir-faire, qu’il s’agisse de produire un bien ou de fournir un service. Il le vendait à son voisin, ou l’échangeait parfois contre le bien ou le service de ce voisin. »

Dans un numéro spécial de la revue Sociétal (Réinventer le modèle social, Sociétal 2015, éditions Eyrolles), Denis Pennel, Directeur général de la Ciett et auteur du livre « Travailler pour Soi (Seuil, 2013), abonde dans ce sens d’une remise en cause du salariat généralisé :

« Certains pourront voir le développement du travail hors salariat comme une régression historique, un retour vers la période antérieure aux Trente glorieuses. Mais la bonne question à se poser est de savoir si la généralisation du salariat n’était pas qu’une exception, voire une anomalie dans l’histoire économique et sociale. » Et d’insister : le salariat ne serait-il pas « l’apanage d’une société industrielle de production de masse, de plein-emploi, dans un monde peu concurrentiel ? »

Bref, la société salariale serait dépassée.

« N’oublions pas d’ailleurs que, jusqu’en 1930, en France mais également dans nombre de pays développés, la forme d’emploi dominante était le travail indépendant », souligne Denis Pennel. Un mode d’organisation compatible avec une grande diversité d’emplois : « Dès le XIXe siècle, il existait un grand nombre de catégories de travailleurs, mais les différences s’organisaient plus autour de métiers exercés qu’autour des statuts d’emplois.»

Voilà donc le modèle défendu implicitement par les tenants de la «share eco-nomy» : une économie où chacun est son propre patron, une économie d’avant le salariat, ce mode d’organisation sociale qui semble soudain démodé.

Et s’il venait à s’effacer? Et s’il n’avait été qu’une parenthèse, marquant l’organisation -économique et sociale du seul XXe siècle? Effectivement, le salariat n’a pas toujours été la norme, tant s’en faut. Comme le relevait le sociologue Robert Castel dans son livre phare «Les métamorphoses de la question sociale, chronique du salariat», ce statut a longtemps été, jusqu’au début du XXe siècle, l’apanage d’une minorité.

Et pas de la plus chanceuse : être salarié, au milieu du XIXe siècle, c’était faire partie de la lie de la société. On peine à imaginer aujourd’hui, dans notre société dominée par ce mode d’organisation sociale, tout ce que le statut de salarié pouvait avoir de dégradant, dans une France encore largement agricole, où les agriculteurs plus ou moins riches mais pour la plupart d’entre eux propriétaires, ou espérant le devenir, étaient les plus nombreux, aux côtés des artisans et bourgeois. Le salarié, c’était celui qui n’avait rien. Aucun patrimoine. Rien que ses bras. C’était donc, initialement, le prolétaire. Un prolétaire souvent en marge de la société, effrayant le bourgeois, relevant des classes dites alors «dangereuses».

L’intégralité de l’article de La Tribune peut être lu ici

Advertisements
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Et si l’économie du partage annonçait la fin du salariat ?

  1. plerudulier dit :

    Une hyper flexibilité d’un côté et des banques rigides qui ne prêtent qu’à ceux ayant un emploi stable. On fait comment pour réconcilier les deux ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s