Freelance : ensemble, c’est tout !

a bas le salariatFreelancing, liberté, coolitude : triptyque tendance… Trop ? Derrière cette façade, c’est la réalité d’un travail radicalement bouleversé par la mort annoncée du bureau qui est en train de se dessiner.  Avec un danger : une flexibilité du boulot qui isole, qui fragilise. Embrasser la culture freelance, comme le Tank s’efforcera de le faire, n’est-ce pas alors promouvoir un espace qui conjugue travail émancipateur et socialisation radicale ?

« Nos structures sont devenues obsolètes. […] Aujourd’hui, de plus en plus [de gens] ne sont plus dans le salariat mais deviennent auto-entrepreneurs, travaillent en freelance ou exercent plusieurs activités indépendantes en parallèle, et les salariés aussi ne cessent de changer d’un statut professionnel à l’autre, » expliquait Denis Pennel, auteur du livre « Travailler pour soi » à L’Atelier de l’Emploi de ManpowerGroup. Doit-on voir dans ce constat la conséquence d’un chômage massif, d’une insertion professionnelle de plus en plus aléatoire, d’une « précarisation » du monde du travail ? Pour le spécialiste, pas vraiment : « la crise masque une révolution et des mutations plus structurelles du travail », soutient-il, allant jusqu’à voir l’ère du salariat comme une gigantesque parenthèse de l’histoire et métaphoriser lescoworkings comme des guildes médiévales, réinventées.

L’intégralité de l’article peut être lue ici

Advertisements
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s