« Le modèle unique ou le monolithisme sur le marché du travail, c’est terminé! »

Vous trouverez ci-dessous un extrait de mon interview pour le site Alternego sur l’évolution du marché du travail, avec pour référence mon livre paru en 2017 chez Eyrolles sur la soif de liberté au sein du travail.

L’intégralité de l’interview peut être lue ici

Denis Pennel suit l’évolution du travail de très très près. Et ce, depuis des années. Écrivain, chroniqueur littéraire, conférencier, il dirige la World Employment Confederation avec la même passion qui l’animait déjà lorsqu’il a porté cette casquette pour la première fois, il y a plus de dix-sept ans. Aujourd’hui, il raconte pour AlterNego en quoi les changements sociétaux influent sur les transformations du travail. Il revient notamment sur le concept de « libertartiat » qu’il a développé après avoir identifié certaines caractéristiques du salariat, devenues obsolètes. Entretien. 

Bonjour Denis. Pouvez-vous nous présenter votre travail ? 

Mon travail… c’est le travail ! En réalité, je suis passionné par l’évolution du travail. En tant que Directeur Général de la Confédération Mondiale de l’Emploi (ou World Employment Confederation), j’œuvre depuis 16 ans à un meilleur fonctionnement du monde du travail au niveau international : 50 pays et de nombreuses grandes organisations du travail – telles que l’OCDE Paris, la Banque Mondiale, etc. –  sont représentés par la confédération. J’ai aussi écrit plusieurs ouvrages à propos de la transformation du monde professionnel, dont Travail, la soif de liberté. J’avais beau chercher, je n’ai jamais trouvé LE livre que j’aurais aimé lire sur les nouvelles aspirations du travail, l’évolution des envies et besoins des individus, sur leur relation au travail… alors j’ai voulu y remédier. 

Mais d’où vient cette passion pour le travail, en tant que sujet de recherche ? 

Je crois qu’elle a toujours été là. Cela fait maintenant 25 ans que je travaille dans le secteur du recrutement et des ressources humaines. Au-delà de mon propre parcours, le travail est un sujet qui nous concerne tous. Qu’on soit étudiant et bientôt sur le marché de l’emploi, en recherche d’emploi ou déjà actif, ou encore dans une démarche d’évolution de carrière ou de reconversion, le travail est une partie très importante de nos vies et peut être un vrai vecteur d’épanouissement personnel, si on sait se poser les bonnes questions. 

Et pourtant, dans un contexte de quête de sens au travail, de rééquilibrage des temps de vie, n’avez-vous pas l’impression que la « valeur travail » décroît depuis un moment ?  

Contrairement à l’avis de certains, je ne crois pas du tout à la perte de la valeur travail. La France est notamment un des pays d’Europe où la valeur travail est la plus élevée, comparé aux pays anglo-saxons, où les actifs ont une vision beaucoup plus pragmatique du travail et laissent moins facilement la porosité vie pro/vie perso s’installer. En général, une fois qu’ils ont fermé leur ordinateur, ils passent à autre chose, tandis que les actifs français vont avoir tendance à rapporter leurs problèmes de travail à la maison. En revanche, je suis convaincu que nos attentes par rapport au travail ont évolué.

Au point de prédire la fin du salariat ? 

Pas tout à fait. Ma conviction est que si le salariat n’évolue pas, il risque de disparaître. Or, on peut encore espérer qu’il s’adapte aux nouvelles attentes des actifs. 

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Le bonheur au travail, est-ce possible?

Je suis très heureux d’avoir été invité par Raphaëlle de Foucauld à participer à sa série de podcasts intitulée « Bulle de Bonheur ».

Dans cet épisode, nous échangeons sur les enjeux du bonheur au travail. Un défi majeur à relever dans un monde profondément bouleversé par la crise du Covid, et depuis laquelle le bien-être au travail est devenu un élément fondamental pour nombre de personnes.

Le podcast peut être écouté ici

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Le travail hybride va s’installer dans la durée

Voici le texte de mon ITW dans le dernier n° de FM Magazine (le magazine du Facility Management édité par Belfa) sur l’avènement du modèle hybride au travail : mixte entre présence en entreprise et télétravail, est en marche.

La tendance actuelle est à un éclatement de l’activité en trois lieux essentiels : le siège de l’entreprise, le domicile et la mise en place de tiers-lieux – espaces de coworking, Fablab, voire chambres d’hôtel, etc. Le travail va tourner autour de ces trois pôles, selon une répartition propre à chaque société et aux attentes de leurs collaborateurs. Il faudra ménager des formules souples, flexibles, personnalisées. L’uniformité est révolue et le management doit épouser cette nouvelle réalité hybride avec un mot-clé qui est la « confiance » de l’employeur envers ses employés.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

« L’individu a privilégié ses intérêts de consommateur par rapport à ceux de travailleur »

Chaque jour dans l’émission de la radio RCF « L’air du temps » Delphine Freyssinet nous présente une association, une personnalité, un projet… dans l’air du temps. Cette semaine, elle a interviewé Denis Pennel à l’occasion de la parution de son dernier livre, « Le paradis du consommateur est devenu l’enfer du travailleur » (Editions du Panthéon). 

Pour écouter l’ITW, cliquez ici: https://rcf.fr/psychologie/lair-du-temps?episode=12276

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Salariés et consommateurs: même combat?

J’ai été invité par la chaîne de TV B-Smart pour le grand entretien de l’émission Smart Job. Voici le replay de mon passage du 24 juin où nous avons discuté avec Arnaud Ardouin des grandes tendances de l’évolution du travail.

Cliquez ici pour écouter l’émission

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Surconsommation: quel impact pour les travailleurs?

Si la pandémie de Covid-19 a restreint nos déplacements, et contraint nos achats et nos loisirs, elle n’a pas pour autant réfréné nos besoins et nos envies de consommer. Avec les applications, les sites en ligne, il est en effet possible de commander ses livres, ses fruits et légumes ou encore ses vêtements en quelques clics 24h sur 24, 7 jours sur 7 sans besoin d’attendre des semaines la livraison. Cette économie de la demande où le consommateur est roi n’est pas née de cette crise sanitaire, mais la tendance semble s’installer durablement, avec de plus en plus de secteurs concernés. Ce ne sont donc pas seulement nos habitudes de consommations qui évoluent, mais également celles de ceux qui les produisent. Quelles conséquences pour les travailleurs ? Faut-il revoir notre consommation ? Le paradis du consommateur est-il vraiment devenu l’enfer du travailleur ?  

Retrouvez ici le podcast de l’émission « 7 milliards de voisins » diffusée sur RFI à laquelle j’ai participé le 18 mai 2021 : https://www.rfi.fr/fr/podcasts/7-milliards-de-voisins/20210518-surconsommation-quel-impact-pour-les-travailleurs

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

« Le consommateur, ennemi du travailleur? » – Podcast sur mon dernier livre

Le paradis du consommateur est-il devenu l’enfer du travailleur ? C’est la question posée par Denis Pennel dans son ouvrage Le Paradis du consommateur est devenu l’enfer du travailleur, paru tout récemment aux Éditions du Panthéon.

Le média Nouveau Départ m’a interviewé pour répondre à cette question. Le podcast, qui revient sur les grandes transformations du travail rendues si visibles en temps de pandémie, est disponible ici.

Bonne écoute!

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Les intermédiaires du marché de l’emploi sont là pour créer de la stabilité, de la prévisibilité et de la sécurité pour l’individu

Dans son dernier ouvrage, Le paradis du consommateur est devenu l’enfer du travailleur (Editions du Panthéon, Décembre 2020), Denis Pennel dénonce le passage d’une économie de masse à une économie dictée par la demande. Avec de lourdes conséquences sur le travail. Rencontre (virtuelle) avec l’auteur.

Après Travailler pour Soi qui abordait la montée de l’individualisme au travail, et Travail, la soif de liberté qui prônait plus d’autonomie et de liberté, Denis Pennel publie un troisième ouvrage, Le paradis du consommateur est devenu l’enfer du travailleur. Ici, l’auteur adopte une vision plus large en s’intéressant à notre modèle économique actuel. Avec ses effets positifs et négatifs.

Extraits de l’ITW. L’intégralité de l’article peut être lu ici

Quel est le constat que vous tirez?

Denis Pennel: «Nous avons changé de paradigme. Nous sommes passés d’un modèle dans lequel l’offre créait la consommation à un autre, piloté par la demande. Auparavant, les producteurs imposaient leurs conditions. Aujourd’hui, dans une économie de la surabondance, c’est le client roi qui exige les siennes. Ce phénomène est l’incarnation du principe “ce que je veux, quand je veux et où je veux”. Depuis les années 2000, on assiste à une soif de consommation effrénée et immédiate, où l’on ne paye que ce que l’on consomme, où l’usage prévaut sur la propriété, avec des produits personnalisés, fabriqués à la demande et qui se déplacent jusqu’aux consommateurs.»

Quelles sont les conséquences de cette évolution sur le travail?

Denis Pennel: «Cette économie à la demande se moque du temps pour offrir un service immédiat, organisé à travers des circuits de production éclatés qui bouleversent les modèles commerciaux traditionnels. Pour survivre et répondre aux caprices de leurs clients, les entreprises ont adapté leur système de production afin de gagner en souplesse et en réactivité. Pour produire plus vite, le moins cher possible, elles ont réorganisé leurs chaînes de production et se sont lancées dans une course effrénée à la réduction des coûts, notamment en coupant dans leurs effectifs, en précarisant les conditions de travail ou en externalisant leur main-d’œuvre dans des pays où les salaires sont moins élevés. Qui dit économie à la demande dit donc travail à la demande!»

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Quand le paradis des consommateurs devient l’enfer des travailleurs

Considéré comme l’un des spécialistes en ressources humaines les plus influents au niveau mondial, Denis Pennel nous offre sa vision de la société post-Covid, une société qui devra nécessairement réinventer son organisation du travail et protéger les nouvelles formes d’emplois.

Auteur d’un nouvel ouvrage intitulé « Le paradis des consommateurs est devenu l’enfer des travailleurs », Denis Pennel , directeur général de la World Employment Confederation, revient sur les transformations et les dérives propres à notre société digitale. Alors que le 20ème siècle est caractérisé par une économie de masse dans laquelle le producteur impose ses produits, la tendance se renverse complètement au début des années 2000. L’ère de la digitalisation a vu naitre un bouleversement de notre modèle de production et par extension, de la relation au travail.

« Aujourd’hui, les individus expriment d’autres attentes par rapport au travail, ils sont en quête de sens et de liberté. Il en va de même pour les entreprises. Ces dernières, face à une frénésie consommatrice, se retrouvent en proie à une difficulté nouvelle :  l’impossibilité de prévoir les besoins des consommateurs. En réponse à cette complexité, les entreprises doivent s’adapter, faire preuve de souplesse et de résilience mais aussi en appeler à une main-d’œuvre davantage flexible. C’est à ce stade que l’indépendant déploie toute sa dimension et acquiert une valeur particulière. Il répond à cette demande d’agilité et entraine avec lui une (r)évolution des mentalités. »

Bien que déjà amorcée ces dernières années, l’évolution de notre rapport au travail a été fortement accélérée par la crise sanitaire. Du côté de l’entreprise mais aussi du travailleur, l’état d’esprit n’est plus le même. Avec la digitalisation de la société en général, la montée en puissance du travail à distance, l’existence d’équipes éclatées et de statuts différents, la jauge de productivité s’est déplacée. Il ne s’agit plus de juger la qualité du travail sur base du présentéisme mais bien d’en référer aux résultats et à la relation de confiance entre travailleur et employeur. Le salariat selon le modèle fordiste (basé sur une relation de subordination) ne pourra plus perdurer. S’il n’évolue pas, Dennis Pennel considère que « sa part dans la population active va diminuer, se résorber. ». Le télétravail quant à lui, va quitter sa forme actuelle. « Je pense que l’avenir sera à du travail hybride, un travail éclaté entre plusieurs endroits. Je crois à l’essor des tiers lieux : des espaces de co-working tels que les cafés, les halls ou salles de réunions des hôtels… ».

L’intégralité de l’interview parue sur le site de NextEconomy peut être lue ici

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Demain tous slashers?

Le slashing désigne ce phénomène qui consiste à cumuler plusieurs emplois en même temps et/ou à changer très rapidement d’activité. Un phénomène vivement critiqué par certains : le slashing concerne souvent des personnes avec pas ou peu de diplômes et qui doivent, par nécessité, cumuler plusieurs activités pour joindre les deux bouts. Dans le même temps, le slashing est vanté par d’autres, qui y voient une préfiguration du monde de travail de demain. Selon les tenants de la pluriactivité, ce monde du travail sera de plus en plus « liquide », « flexible », « agile », les entreprises allant chercher sur le marché les compétences dont elles ont besoin à un instant donné.  

Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Le slashing existe-t-il déjà ? Pour nous en parler, nous avons invité Denis Pennel, qui dirige aujourd’hui la World Employment Confederation (WEC). Cette structure regroupe les principales entreprises d’intérim en Europe et mène des recherches sur l’avenir du travail.  

L’intégralité de l’article peut être lue ici

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire