« L’individu a privilégié ses intérêts de consommateur par rapport à ceux de travailleur »

Chaque jour dans l’émission de la radio RCF « L’air du temps » Delphine Freyssinet nous présente une association, une personnalité, un projet… dans l’air du temps. Cette semaine, elle a interviewé Denis Pennel à l’occasion de la parution de son dernier livre, « Le paradis du consommateur est devenu l’enfer du travailleur » (Editions du Panthéon). 

Pour écouter l’ITW, cliquez ici: https://rcf.fr/psychologie/lair-du-temps?episode=12276

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Salariés et consommateurs: même combat?

J’ai été invité par la chaîne de TV B-Smart pour le grand entretien de l’émission Smart Job. Voici le replay de mon passage du 24 juin où nous avons discuté avec Arnaud Ardouin des grandes tendances de l’évolution du travail.

Cliquez ici pour écouter l’émission

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Surconsommation: quel impact pour les travailleurs?

Si la pandémie de Covid-19 a restreint nos déplacements, et contraint nos achats et nos loisirs, elle n’a pas pour autant réfréné nos besoins et nos envies de consommer. Avec les applications, les sites en ligne, il est en effet possible de commander ses livres, ses fruits et légumes ou encore ses vêtements en quelques clics 24h sur 24, 7 jours sur 7 sans besoin d’attendre des semaines la livraison. Cette économie de la demande où le consommateur est roi n’est pas née de cette crise sanitaire, mais la tendance semble s’installer durablement, avec de plus en plus de secteurs concernés. Ce ne sont donc pas seulement nos habitudes de consommations qui évoluent, mais également celles de ceux qui les produisent. Quelles conséquences pour les travailleurs ? Faut-il revoir notre consommation ? Le paradis du consommateur est-il vraiment devenu l’enfer du travailleur ?  

Retrouvez ici le podcast de l’émission « 7 milliards de voisins » diffusée sur RFI à laquelle j’ai participé le 18 mai 2021 : https://www.rfi.fr/fr/podcasts/7-milliards-de-voisins/20210518-surconsommation-quel-impact-pour-les-travailleurs

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

« Le consommateur, ennemi du travailleur? » – Podcast sur mon dernier livre

Le paradis du consommateur est-il devenu l’enfer du travailleur ? C’est la question posée par Denis Pennel dans son ouvrage Le Paradis du consommateur est devenu l’enfer du travailleur, paru tout récemment aux Éditions du Panthéon.

Le média Nouveau Départ m’a interviewé pour répondre à cette question. Le podcast, qui revient sur les grandes transformations du travail rendues si visibles en temps de pandémie, est disponible ici.

Bonne écoute!

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Les intermédiaires du marché de l’emploi sont là pour créer de la stabilité, de la prévisibilité et de la sécurité pour l’individu

Dans son dernier ouvrage, Le paradis du consommateur est devenu l’enfer du travailleur (Editions du Panthéon, Décembre 2020), Denis Pennel dénonce le passage d’une économie de masse à une économie dictée par la demande. Avec de lourdes conséquences sur le travail. Rencontre (virtuelle) avec l’auteur.

Après Travailler pour Soi qui abordait la montée de l’individualisme au travail, et Travail, la soif de liberté qui prônait plus d’autonomie et de liberté, Denis Pennel publie un troisième ouvrage, Le paradis du consommateur est devenu l’enfer du travailleur. Ici, l’auteur adopte une vision plus large en s’intéressant à notre modèle économique actuel. Avec ses effets positifs et négatifs.

Extraits de l’ITW. L’intégralité de l’article peut être lu ici

Quel est le constat que vous tirez?

Denis Pennel: «Nous avons changé de paradigme. Nous sommes passés d’un modèle dans lequel l’offre créait la consommation à un autre, piloté par la demande. Auparavant, les producteurs imposaient leurs conditions. Aujourd’hui, dans une économie de la surabondance, c’est le client roi qui exige les siennes. Ce phénomène est l’incarnation du principe “ce que je veux, quand je veux et où je veux”. Depuis les années 2000, on assiste à une soif de consommation effrénée et immédiate, où l’on ne paye que ce que l’on consomme, où l’usage prévaut sur la propriété, avec des produits personnalisés, fabriqués à la demande et qui se déplacent jusqu’aux consommateurs.»

Quelles sont les conséquences de cette évolution sur le travail?

Denis Pennel: «Cette économie à la demande se moque du temps pour offrir un service immédiat, organisé à travers des circuits de production éclatés qui bouleversent les modèles commerciaux traditionnels. Pour survivre et répondre aux caprices de leurs clients, les entreprises ont adapté leur système de production afin de gagner en souplesse et en réactivité. Pour produire plus vite, le moins cher possible, elles ont réorganisé leurs chaînes de production et se sont lancées dans une course effrénée à la réduction des coûts, notamment en coupant dans leurs effectifs, en précarisant les conditions de travail ou en externalisant leur main-d’œuvre dans des pays où les salaires sont moins élevés. Qui dit économie à la demande dit donc travail à la demande!»

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Quand le paradis des consommateurs devient l’enfer des travailleurs

Considéré comme l’un des spécialistes en ressources humaines les plus influents au niveau mondial, Denis Pennel nous offre sa vision de la société post-Covid, une société qui devra nécessairement réinventer son organisation du travail et protéger les nouvelles formes d’emplois.

Auteur d’un nouvel ouvrage intitulé « Le paradis des consommateurs est devenu l’enfer des travailleurs », Denis Pennel , directeur général de la World Employment Confederation, revient sur les transformations et les dérives propres à notre société digitale. Alors que le 20ème siècle est caractérisé par une économie de masse dans laquelle le producteur impose ses produits, la tendance se renverse complètement au début des années 2000. L’ère de la digitalisation a vu naitre un bouleversement de notre modèle de production et par extension, de la relation au travail.

« Aujourd’hui, les individus expriment d’autres attentes par rapport au travail, ils sont en quête de sens et de liberté. Il en va de même pour les entreprises. Ces dernières, face à une frénésie consommatrice, se retrouvent en proie à une difficulté nouvelle :  l’impossibilité de prévoir les besoins des consommateurs. En réponse à cette complexité, les entreprises doivent s’adapter, faire preuve de souplesse et de résilience mais aussi en appeler à une main-d’œuvre davantage flexible. C’est à ce stade que l’indépendant déploie toute sa dimension et acquiert une valeur particulière. Il répond à cette demande d’agilité et entraine avec lui une (r)évolution des mentalités. »

Bien que déjà amorcée ces dernières années, l’évolution de notre rapport au travail a été fortement accélérée par la crise sanitaire. Du côté de l’entreprise mais aussi du travailleur, l’état d’esprit n’est plus le même. Avec la digitalisation de la société en général, la montée en puissance du travail à distance, l’existence d’équipes éclatées et de statuts différents, la jauge de productivité s’est déplacée. Il ne s’agit plus de juger la qualité du travail sur base du présentéisme mais bien d’en référer aux résultats et à la relation de confiance entre travailleur et employeur. Le salariat selon le modèle fordiste (basé sur une relation de subordination) ne pourra plus perdurer. S’il n’évolue pas, Dennis Pennel considère que « sa part dans la population active va diminuer, se résorber. ». Le télétravail quant à lui, va quitter sa forme actuelle. « Je pense que l’avenir sera à du travail hybride, un travail éclaté entre plusieurs endroits. Je crois à l’essor des tiers lieux : des espaces de co-working tels que les cafés, les halls ou salles de réunions des hôtels… ».

L’intégralité de l’interview parue sur le site de NextEconomy peut être lue ici

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Demain tous slashers?

Le slashing désigne ce phénomène qui consiste à cumuler plusieurs emplois en même temps et/ou à changer très rapidement d’activité. Un phénomène vivement critiqué par certains : le slashing concerne souvent des personnes avec pas ou peu de diplômes et qui doivent, par nécessité, cumuler plusieurs activités pour joindre les deux bouts. Dans le même temps, le slashing est vanté par d’autres, qui y voient une préfiguration du monde de travail de demain. Selon les tenants de la pluriactivité, ce monde du travail sera de plus en plus « liquide », « flexible », « agile », les entreprises allant chercher sur le marché les compétences dont elles ont besoin à un instant donné.  

Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Le slashing existe-t-il déjà ? Pour nous en parler, nous avons invité Denis Pennel, qui dirige aujourd’hui la World Employment Confederation (WEC). Cette structure regroupe les principales entreprises d’intérim en Europe et mène des recherches sur l’avenir du travail.  

L’intégralité de l’article peut être lue ici

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Consommateurs/travailleurs : le grand dilemme

Le site Métis a publié cette semaine une critique de mon dernier livre. En voici un extrait:

« L’auteur entreprend de mettre à plat les contradictions de « l’économie à la demande », du triomphe du consommateur en faisant une large analyse des changements de  rapports de force entre les trois grandes catégories de stake-holders du monde économique et social capitaliste : les actionnaires, les salariés et les consommateurs. Alors que la période fordiste a été marquée par une sorte d’alliance entre actionnaires et salariés, la croissance des Trente Glorieuses permettant qu’ils se développent de concert, on est aujourd’hui dans une alliance entre les actionnaires et les consommateurs. Le client roi est au cœur du modèle de type Amazon. Et le hic c’est que le consommateur et le travailleur sont les mêmes ! (…) Le livre oscille entre l’expression de l’enthousiasme que suscitent les nombreuses (et confortables) innovations que nous apporte chaque jour et la critique acerbe des risques et excès de la consommation à tout-va et de l’économie à la demande. Denis Pennel revendique une position progressiste et pas une dénonciation radicale du système. « 

L’intégralité de l’article peut être lue ici

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Je mène une double vie… professionnelle

Dans son supplément du WE, Les Echos ont oublié un article sur les pluri-actifs qui ont trouvé leur équilibre personnel entre leurs deux métiers, leurs deux passions. Ces slashers cumulent plusieurs activités en même temps: consultant et menuisier, gendarme et musicien, avocate et reine du polar. Une tendance de fond et un phénomène qui a été boosté, comme je l’explique dans l’article, « par l’émergence du statut d’auto-entrepreneur, qui a simplifié la création d’activité en France ».

L’intégralité de l’article peut être lu ici.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

« Le paradis du consommateur est devenu l’enfer du travailleur » sélectionné parmi les livres à lire

Dans sa dernière édition, le magazine Emile des Anciens de Sciences Po a recensé mon dernier livre « Le paradis du consommateur est devenu l’enfer du travailleur » dans sa sélection mensuelle des livres à lire.

En voici un extrait:

« D’après Denis Pennel, s’il y a bien une leçon à tirer de la crise du Covid-19, c’est que notre système productiviste fondé sur les quatre logiques « extraire, produire, consommer, jeter » ne pouvait plus durer. Comme l’indique le titre de son ouvrage, l’auteur dresse le constat que l’économie de masse est devenue un économie dictée par la demande où le consommateur est devenu roi au détriment des travailleurs. 

Face à ce constat, Denis Pennel s’attèle à soulever plusieurs questions telles que « Comment repenser notre système capitaliste pour qu’il devienne plus inclusif et équitable, et que chacun trouve sa part et sa juste place ? », mais aussi à y répondre. En plus de rendre compte de la nécessité d’un nouveau contrat social, cet essai propose des solutions à tous ceux qui souhaitent participer à un retour à l’équilibre, au sein duquel le capitalisme serait au service de l’humain. »

L’article complet peut être lu ici

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire