Marianne Thyssen, let’s start creating jobs right now!

New EU Employment Commissioner must eliminate labour market imperfections in order to boost job creation across Europe, Denis Pennel writes.

 

Marianne Thyssen, Europe’s newly-appointed Commissioner for Employment, Social Affairs, Skills and Labour Mobility, has no time to lose in maximising the potential to create jobs across Europe.

While the economic situation is improving slowly, the pre-crisis days of double-digit growth will not return any time soon, and the new Commissioner must introduce policies to drive job creation in the new reality of a low growth environment. A key opportunity is to iron out labour market imperfections and create a properly functioning employment market for all EU citizens. I see five areas where the new Commissioner could make a real difference: tackiling mismatches, increasing labour mobility, raising labour market participation, updating labour regulation, improve transparency!

Source: www.euractiv.com

See on Scoop.itThe New Reality of Work

Publié dans Uncategorized | Poster un commentaire

Contrat, temps, lieu, hiérarchie… comment le travail fait sa révolution

L’industriel mexicain Carlos Slim et le cofondateur de Google, Larry Page,relancent le débat mondial sur la réduction du temps de travail. Une polémique dépassée pour Denis Pennel*. Directeur général de la CIETT (Confédération mondiale des services d’emploi privé), il souligne la porosité entre vie professionnelle et vie privée. Et imagine la fin du salariat.

"On croyait le débat sur la réduction du temps de travail enterré et voici qu’il resurgit là où on ne l’attendait pas avec la proposition choc d’un industriel, Carlos Slim. Cette semaine de trois jour, c’est quelque chose de surprenant ?"

- L’idée n’est pas vraiment nouvelle : en France, on avait la semaine de quatre jours avec Pierre Larrouturou qui se bât toujours pour ça. C’est une question dont on peut débattre dans nos économies développées mais qui n’est pas à l’ordre du jour dans la plus grande partie du monde. 60% de la population active mondiale travaille sans contrat écrit, de façon absolument informelle.

On peut aussi se poser la question de la rationalité économique de cette réduction du temps de travail. Dans nos sociétés, la population active décline : il y a de moins en moins de personnes qui vont se trouver sur le marché. Comment assurer un maintien de la production en faisant travailler de façon réduite des gens qui sont de moins en moins nombreux ?

Source: tempsreel.nouvelobs.com

See on Scoop.itLa nouvelle réalité du travail

Publié dans Uncategorized | Poster un commentaire

Une frontière de plus en plus poreuse entre vie privée et vie professionnelle

Le Nouvel Obs - Juillet 2014A lire dans Le Nouvel Obs de cette semaine (31/07/2014) l’article sur la réduction du temps de travail préconisé par le milliardaire mexicain Carlos Slim. Si sa proposition de réduire à 3 jours par semaine (mais de 11 heures!) le temps de travail hebdomadaire est irréaliste, elle mérite de poser la question de la mesure du temps de travail.

Dans une économie tournée vers services, la créativité et les prestations intellectuelles, compter le temps de travail en heures passées au bureau ne veut plus dire grand chose. En outre, la vie professionnelle s’invite dans l’espace privé (lecture des mails le WE, téléworking…) tout comme la sphère privée envahit le bureau. Il est temps de rédéfinir ce que travailler veut dire!

Publié dans Uncategorized | Poster un commentaire

La 3ème révolution du travail est en marche

La Libre 29 juillet 2014 - 1-page-001La Libre 29 juillet 2014 - 2-page-001

Métro-boulot-dodo, bientôt une rengaine du passé?Pour une bonne moitié des salariés, ça pourrait être le cas. La norme de 9h-17h n’en serait plus une, mais simplement une possibilité parmi d’autres. "Le contrat à durée indéterminée arrive à ses limites, nous avons atteint le point culminant du salariat dans nos économies développées!"

Lire la suite de l’article paru dans La Libre Belgique le 29 juillet.

 

Publié dans Uncategorized | Poster un commentaire

La fin du travail tel que nous le connaissons !

Paru en septembre 2013, aux éditions Le Seuil, cet ouvrage de Denis Pennel, directeur général de la Ciett, fédération mondiale des services privés de l’emploi, analyse l’impact et les conséquences de la révolution individualiste sur le monde du travail. Face au rejet du modèle unique, les formes de travail se diversifient et de nouveaux contrats apparaissent. Au lien vertical de subordination employeur/employé se substitue une organisation horizontale, en réseau. La montée de l’individualisme s’accompagne d’un changement de paradigme qui, sans faire disparaître les liens de socialisation, en façonnent de nouveau. Pour adapter le travail à l’émergence de cette ère nouvelle de l’individualité, l’auteur émet plusieurs propositions concrètes. Entre autres, sécuriser les parcours professionnels et non les emplois en facilitant la mobilité et les transitions sur le marché du travail ; organiser la protection sociale en fonction de l’intégralité d’une vie professionnelle et non uniquement d’un contrat de travail (datant de l’époque où le CDI était la norme) ; créer un « compte social individuel » permettant à chacun de capitaliser ses droits et avantages sociaux en organisant sa carrière professionnelle comme il le souhaite ; mettre fin à la dichotomie salariés/indépendants et encourager la multi-activité ; enfin, aider l’entreprise à s’adapter à la révolution individualiste en marche et encourager de nouvelles formes de solidarités, pouvant capitaliser sur l’échange intergénérationnel.

Source: www.generationlibre.eu

Publié dans Scoop.it | Poster un commentaire

La fin du salariat : et si l’avenir du marché de l’emploi était dans le travail indépendant ?

Le monde du travail change et grâce à Internet notamment, l’esprit d’entrepreneuriat se diffuse. Ainsi, en France, Manuel Valls vient de conforter la réussite du régime des auto-entrepreneurs. Un tel succès pour ces "indépendants" de toutes sortes qu’il suscite de nouvelles opportunités.

Dans la répartition internationale du travail, cette dynamique induit une spécialisation des pays développés sur les emplois les plus qualifiés et les plus innovants, mais aussi une délégation (voire une robotisation) des fonctions les plus répétitives (y compris dans les professions réputées "intellectuelles" comme les avocats).

Dans son dernier livre (The New Geography of Jobs), l’économiste Enrico Moretti montre que ces emplois génèrent une forte demande de services, qualifiés ou non (femmes de ménages, conseils juridiques, etc. : à Londres par exemple), et suscitent donc une dynamique favorable à l’activité locale, non délocalisable.

Au niveau individuel, la dynamique nouvelle de l’organisation de l’activité conduit à une indépendance plus grande des salariés, comme l’explique Dennis Pennel dans Travailler pour soi. Aux Etats-Unis, on estime qu’il y aurait près de 42 millions de personnes à leur compte, qui interviennent pour des missions ponctuelles (des « freelancers »).

Source: www.atlantico.fr

Publié dans Scoop.it | Poster un commentaire

What Does O Jogo Bonito Teach Us About Tackling Youth Unemployment?

There’s something special about attending transnational meetings during the World Cup. It’s a stress-free experience if you’re Scottish, as we are never in the finals! So, in the evening after a recent My Generation at Work meeting I enjoyed watching the games with colleagues from the partner cities.

 

What’s all this got to do with football? Well, my point is about passing – the key component of teamwork. On the pitch, the perfect pass anticipates where the receiver will be. Ideally the passer puts the ball into space – an empty space that their team-mate will soon occupy, allowing them to take the ball without losing speed. In the same way, the ideal preparation for working life should take account of how the future world of work will be. Except it usually doesn’t. By and large, we are still preparing our young people for a world of work that no longer exists. Our juggernaut systems assume that young people will enter full-time jobs and largely remain in single career paths, despite all the evidence to the contrary!

 

You wonder if supply-side planners ever look out of their office windows. If so, they will see zero-hours contracts and portfolio working the norm for many labour market entrants. Keep looking out and they will soon see driverless cars, 3D printers and drones reshaping the labour market even further. And that’s not even taking account of the impact of the Sharing Economy – airband, UBER and so on.

 

No doubt, the relentless pace of change is proving a challenge to many education and training systems. It feels that someone, somewhere has turned the conveyer belt up several notches. At a recent OECD event future employment guru Denis Pennel reflected on this, pointing out that in the 1930s the average lifespan of a US business was 75 years, whereas now it’s 15. So we’d better get used to it.

 

Source: www.blog.urbact.eu

Publié dans Scoop.it | Poster un commentaire